Russie
Leib-Gvardii Grodnenskii Gusarskii polk.


Carte de Visite Atelier Wolff à Saint-Pétersbourg

Jean de Wolkenau, Officier aux Hussards de Grodno


Cette "Carte de Visite" arbore au dos une dédicace :

"A M. Fernand d'Orval, Lieutenant au 7e régiment de Chasseurs à cheval de la part de Jean de Wolkenau Lt. aux Hussards de Grodno de la Garde Impériale Russe attaché à l'escadron d'instruction.
en souvenir d'affection et de respect.
Merci pour Votre bon souvenir. A l'espoir de nous revoir !!
"

Jean de Wolkenau porte le dolman vert foncé à tresses d'argent des Hussards de Grodno, un des deux régiments des Hussards de la Garde Impériale.
Il arbore au côté droit de sa poitrine le brevet d'officier d'Etat-Major de l'académie militaire Nikolaevsky à Saint-Pétersbourg.

Pierre-Fernand Hecquet d'Orval est affecté comme sous-lieutenant au 7ème Chasseurs le 14 août 1870 ; il y est promu Lieutenant le 10 juillet 1875. Il passera à la Réserve le 21 août 1877.

Il est possible que les espoirs de Wolkenau se soient réalisés, puisque d'Orval se rendra en Russie pour assister au Couronnement du Tsar, le 1er Novembre 1894.


Ivan Vassilievich WOLKENAU ("волькенау") est né le 27 Septembre 1848.
Il est nommé Sous-lieutenant le 8 Août 1866 - et renommé "Kornet" de la même date.

Il apparaît comme un "Kornet" des Hussards de Grodno à l'Annuaire de l'Armée Russe pour 1870.

"Poruchik" (lieutenant) le 7 Août 1870.
Toujours aux Hussards de Grodno, l'Annuaire de 1872 nous annonce qu'il est "à l'Etat-Major de l'Académie Militaire Nikolaevsky" - dont il porte le Brevet sur cette photo.

La Photographie date probablement d'avant le 13 Août 1875, puisque WOLKENAU est nommé "Stahb-Rotmistr" (Capitaine en Second) à cette date.

Il passe successivement "Rotmistr" (Capitaine en 1er) le 25 Septembre 1876, et "Podpolkovnik" en date du 21 Octobre 1876.
Cet avancement qui semble rapide provient certainement du fait qu'il est rentré dans la Ligne (le grade des Officiers de la Garde était supérieur d'un rang à celui des Officiers de la Ligne).

L'Annuaire de l'Armée Russe de 1877 nous annonce en effet qu'il est Lieutenant-Colonel au 11e Hussards Iziumskii.
WOLKENAU fera la Campagne de 1877-78, et on le retrouve lors de la Guerre Russo-Turque.

"Un rapport a été reçu du chef de la 11e division de cavalerie de Slobodzeya :
« Dans la nuit du 3 au 4 juin, un groupe de chasseurs part en reconnaissance sur la côte turque, le long de la ligne occupée par la 11e division de cavalerie. Plusieurs unités n'ont pas atteint la côte turque car elles ont été immédiatement repérées par les postes de contrôle turcs. Le détachement du 11e régiment de hussards d'Izyum, sous le commandement du Colonel Wolkenau, composé d'officiers (Capitaine en 2e Vchelko , lieutenant Burachkov, Lieutenant Akhmatov et cornet Yankovskiy) et 64 hommes sur 8 bateaux, ont quitté Chokaneshti (au-dessus de Kalarash) à 21 heures le 3 juin et, approchant l'heure de la côte turque, immédiatement à 150 pas, ont réussi à examiner ce qui suit : devant Gury-Butului il y a un détachement turc d'environ 400 fantassins et 1 escadron de cavalerie; des sentinelles se dressent sur toute la rive, à 300 pas les unes des autres, chacune derrière une clôture en terre. En outre, il y a des tunnels pour les artilleurs le long de la ligne. Lance-roquettes d'environ 2 verstes de long pour signaler l'alarme. Les Turcs sont habillés en blanc. Lorsque nos bateaux se sont approchés de la rive à 150 pas, les postes turcs les ont repérés et ont ouvert le feu. Nos bateaux ont fait demi-tour et ont commencé à riposter. Plusieurs fusées de signalisation sont tirées, et l'alarme se répand le long de la ligne : une épaisse chaîne ennemie apparaît, suivie de deux unités de garde rapprochée. Six volées ont été tirées sur nos bateaux en retraite, au cours desquelles nous avons perdu un hussard tué et 4 blessés.En approchant du village de Gur'ea-Butului, qui se trouvait en dehors de la ligne de tir, les bateaux se sont arrêtés pour apporter une première aide aux blessés, puis ont fait route vers Chokanesti, où ils sont arrivés à 5½ heures du matin le 4 juin. Si l'on en juge par le fait qu'après que certains de nos tirs ont été repoussés, les tirs provenant des endroits visés n'ont pas repris, on peut supposer que les Turcs ont également subi quelques pertes. Le Lt. Col. Wolkenau parle avec beaucoup d'éloges de l'ordre et du sang-froid des officiers, ainsi que de la conduite supérieure de la troupe sous des tirs rapprochés". »

WOLKENAU est décoré en 1878 de l'Ordre de Sainte-Anne de 3e Classe avec Epées et noeud sur le ruban.

En 1880, il est décoré de l'Ordre de Saint-Stanislas de 2e Classe avec Epées, et promu Colonel le 20 Août de cette année.
Il est posté à l'Etat-Major Général, et à la 3e Division de Cavalerie.

Ordre de Sainte-Anne de 2e Classe en 1883, Ordre de Saint-Wladimir de 4e Classe en 1886, et de 3e Classe en 1890.

Il commande le 40e Dragons de Décembre 1889 au 29 Janvier 1891, date de sa promotion au rang de Major-Général.
L'"Almanach der Mitglieder der Franz-Joseh Orden" nous apprend qu'il est également décoré de la Grand-Croix ("Grosskreuz") de l'Ordre Autrichien de François-Joseph en 1897.

La "Revue Militaire Suisse" de 1901 nous relate un :
"Passage de rivière par une division de cavalerie.- La 3e division de cavalerie a terminé ses exercices d'été par une manœuvre très difficile et très intéressante : le passage à la nage du Niémen, près de Kovno, en aval du confluent de ce cours d'eau avec la Villia.
A l'endroit où s'est effectué ce passage, le Niémen a une profondeur d'environ 2 mètres, un courant de 2 m 10 à la seconde et une largeur atteignant parfois 300 mètres. Le passage du Niémen était rattaché à un thème tactique, dont les données générales étaient les suivantes :
Le détachement du sud, comprenant la e division de cavalerie avec le 3e groupe de batteries à cheval, devait franchir le Niémen pour se mettre à la poursuite du parti Nord, battant en retraite après avoir traversé ce cours d'eau dont il avait fait suater les ponts.
Le détachement du Nord comprenait une brigade de cavalerie avec 10 pièces d'artillerie à cheval, dont la mission était de s'opposer au passage du Niémen par le parti Sud.
Le 9e régiment de dragons qui constituait l'avant-garde du parti Sud avec 4 pièces d'artillerie à cheval, traversa le Niémen à la nage pour prendre pied sur la rive opposée de ce cours d'eau et couvrir le passage du reste de la division. Les vêtements, les armes et les effets d'équipement de ces éclaireurs avaient été transportés en partie sur des radeaux. Les éclaireurs effectuèrent le passage dans de bonnes conditions, mais il n'en fut pas de même des autres escadrons du régiment, qui traversèrent le Niémen une quarantaine de mètres plus en aval, en face d'un banc de sable au milieu du cours d'eau. Entraînés par le courant, beaucoup de chevaux atterrirent sur l'autre rive, en un point bien plus éloigné que celui qui avait été choisi ; quelques-uns, malgré tous les efforts des cavaliers, revinrent sur la rive de départ, et d'autres, dont les forces étaient épuisées, auraient infailliblement été noyés sans la présence d'hommes munis d'appareils de sauvetage, que l'on avait eu la précaution de placer dans des canots.
A ce moment arrive le commandant de la division, le général Volkenau, qui, par son énergie et son exemple, put rétablir l'ordre ; il se fit amener un cheval dessellé, et, après avoir lutté avec sa monture, parvint non sans peine à atterrir sur la rive opposée, au point voulu.
Le passage de l'artillerie présenta les plus grandes difficultés : on fit traverser les canons sur le fond de la rivière en les halant qu moyen de cordes ; tout allait à souhait quand ces canons heurtèrent le banc de sable mentionné plus haut. Il fallut donc trois heures pour arriver à les sortir de ce mauvais pas, au moyen de chevaux que l'on fit passer sur le banc de sable. Pour éviter que les chevaux des autres escadrons du 9e dragons ne fussent entraînés à l'endroit où les canons étaient embourbés, on les fit traverser à une centaine de pas plus en amont, mais les chevaux se dirigeant instinctivement vers leurs congénères que l'on avait fait passer sur le banc de sable, se heurtèrent également à ce dernier et eurent beaucoup de peine à gagner la rive opposée.
Les autres unités de la division effectuèrent le passage sans incidents. Chaque escadron fit la traversée en sept minutes environ."

La "Revue Militaire des Armées Étrangères" de 1905 nous signale des :
"Mutations dans le haut commandement.- ¨Par ordre du 10/23 janvier 1905, le général-lieutenant Beckmann passe du 12e au 20e corps d'armée (Riga), en remplacement du général-lieutenant Sander (décédé). Le général-lieutenant Schmidt, commandant de la 12e division de cavalerie, est nommé au commandement du 12e corps d'armée (Vinnitsa), et le général-lieutenant Wolkenau, commandant de la 3e division de cavalerie, est nommé au commandement du 3e corps d'armée (Vilna)."

Le 3e Corps d'Armée comportait la 27e Division d'Infanterie (Vilna), la 28e Division d'Infanterie (Kovno) et la 3e Division de Cavalerie (Kovno).
L'Almanach de Gotha nous indique que le Lieutenant-Général Wolkenau en est commandant en 1906 et 1907, avant d'être remplacé par le Lieutenant-Général de Rennenkampf dans l'édition de 1908.